Home Tests Test Protection wildlife Camlenscover

Camlenscover review

 

C’est en tant qu’ambassadeur pour la société JAMA que j’ai l’opportunité de tester régulièrement différents produits. Avant de continuer sachez que « tester » ne signifie pas « vendre ». Je ne perçois aucune commission sur d’éventuelles ventes, je ne suis pas rémunéré et j’ai la totale liberté de mettre en avant les points négatifs des produits s’ils en possèdent.

Camlenscover C80.3R


Aujourd’hui, j’ai testé pour vous la protection Wildlife Camlenscover. La version utilisée est la C80.3R, adaptée pour le 400mm f/2.8 et 500mm f/4.

Jusqu’à maintenant j’utilisais parfois une housse anti-pluie « no name » que je trouve très peu pratique, voyante car plutôt blanche et bruyante. De plus j’ai perdu un œilleton à cause de cette housse car elle se glisse entre le boitier et l’œilleton. Ce qui a eu pour résultat de l’éjecter de son logement en pleine tempête au bord de la mer. A peu près tout pour me dégouter des housses anti-pluie. Si bien que je préférais entourer mon matériel de film alimentaire plutôt que de l’utiliser. C’est donc avec un peu d’appréhension que je me suis lancé dans ce nouveau test, partant avec un avis négatif sur ce genre de produits.

En haut, la housse testée et en bas, celle que j’utilisais auparavant.

 

 

Description


Les dimensions sont de 90 x 33 cm pour un poids de 260 grammes. Les coloris sont « Realtree extra » et vert, les deux faces sont utilisables. Afin de coller au plus près des objectifs, cette protection anti-pluie est disponible en 8 tailles différentes. En fonction de ces tailles, le tarif varie de 54 € à 124 €. Vous pouvez retrouver l’ensemble des housses en cliquant ici.

Le camouflage est bien réussi avec un motif de type « advantage ». La housse est composée de deux épaisseurs. L’extérieur est composé d’un tissu déperlant et l’intérieur d’une membrane imperméable de couleur verte. Au bout d’un moment le tissu déperlant va commencer à garder un peu d’eau qui sera ensuite stoppée par la sous-couche étanche. Il est possible d’utiliser la housse dans l’autre sens, avec le coté vert et imperméable à l’extérieur et le camouflage à l’intérieur afin d’éviter cette légère accumulation d’humidité dans le tissu.

 

 

La mise en place sur l’objectif est facile et plutôt intuitive. Seul le scratch présent pour serrer la housse autour du fût et pour laisser l’accès à la bague de mise au point me parait étrangement long. Ce qui m’a fait douter sur son utilisation. Faut-il serrer par dessous ou par dessus ? J’ai testé, les deux fonctionnent. Le serrage par le dessous permet de laisser la place à la main pour tourner la bague de MAP et le serrage par dessus permet de serrer l’ensemble au plus près du fût. Personnellement, je n’ai pas ressenti le besoin d’avoir un accès à la bague de MAP pour m’en servir, la tourner au travers du tissus est très facile. Ce sera donc au choix du photographe.

 

Deux serrages possibles du scratch

 

Un élastique de la bonne taille permet de serrer l’avant du pare-soleil de manière efficace. Cela évite que la housse ne remonte le long de l’objectif et découvre le pare-soleil, ou pire que la housse ne tombe devant la lentille.

Une cordelette avec un clip de serrage se trouve à l’opposé, au niveau du boitier. En fonction de l’utilisation, il est possible de serrer plus ou moins cette cordelette laissant dépasser juste l’œilleton ou de découvrir complétement le boitier entre deux averses. Je n’apprécie pas trop la première solution. S’il pleut, alors je ferme à moitié, laissant quasiment tout le dos à découvert et gardant le dessus de l’appareil abrité sous la housse. Je fais quasiment tous mes réglages au travers de la housse, sauf pour la molette du dos pour laquelle je passe le pouce sous la protection. Mes réglages sont totalement intuitifs donc ce fonctionnement me convient parfaitement. Cependant je suppose que si ce n’était pas le cas, il serait préférable d’avoir un manchon arrivant sur le coté du boitier afin d’avoir une meilleure préhension, comme c’est le cas sur ce modèle de la marque Lenscoat.

 

 

Le dessous de la housse Camlenscover est ouvert sur une bonne partie de la longueur tout en étant équipé de scratch. Cette ouverture permet de passer la poignée de l’objectif ou la sangle qui est accrochée au téléobjectif. Ce dernier point est très pratique pour la billebaude. Le fait de passer la poignée au travers de la housse permet de ne pas la coincer dans l’étau de la rotule et permettre une rotation du couple boitier/objectif (position portrait/paysage), ce qui n’était pas le cas sur ma housse « no name ».

 

Test


Le retour que j’écris est issu d’un test effectué durant presque deux mois (janvier et février) au meilleur endroit possible pour tester une protection anti-pluie : l’Écosse. Autant dire que je l’ai utilisé presque quotidiennement.

J’ai utilisé cette protection sous la pluie, très souvent accompagnée de vents assez forts, sous la neige et sur la plage pour éviter les grains de sables un peu trop aventureux.  La durée des sessions a varié entre 1h et 7h consécutives. Résultat :  a aucun moment l’humidité n’a réussi à traverser la housse. Le tissu camouflage absorbe un peu d’eau mais la couche imperméable verte est très efficace, même sur plusieurs heures le matériel sort réellement sec.

L’ensemble est très silencieux, ce qui est un bon point pour les photographes animaliers.

A aucun moment je me suis senti retardé dans ma prise de vues à cause de la housse, l’utilisation du matériel se fait tout à fait normalement.

En bonus, deux photos faites durant le test :


 

 

 

 

 

Conclusion


Alors que je partais avec un a priori négatif sur ce genre de produit, j’ai complètement changé d’avis durant ces deux mois de tests. Me voilà réconforté avec les housses de protection. Il est fort probable que je finisse par l’acheter tant elle m’a été utile en ce début d’année. J’ai particulièrement apprécié l’efficacité de cette housse. Même après plusieurs heures de pluie, le tissu de la couche inférieure ne s’imbibe pas. Cette housse est bien réfléchie et l’utilisation en est par conséquent agréable. L’utilisation est bien entendu approprié pour la pluie et la neige mais également pour les photographes faisant des photos sur les plages de sable ou dans la boue. Cette housse Camlenscover sera parfaite pour éviter les grains qui s’infiltrent dans votre matériel. Rien de pire qu’une bague de MAP qui craque à cause du sable.

J’ai quand même enlevé un demi point sur la note globale en raison du tarif. Bien qu’il soit dans la moyenne, voire moyenne basse des tarifs de produits similaires d’autres marques, cet achat nécessite quand même un petit investissement lorsqu’il est utilisé sur un gros télé-objectif. Les modèles plus petits de Camlenscover sont bien plus abordables.

Le mot de la fin : très bon produit que je conseille sans hésitation.

A savoir : Il existe une nouvelle version de cette housse. Elle possède une épaisseur en polaire permettant de réduire le bruit du déclenchement et d’atténuer les chocs thermiques. Pour la reconnaitre elle possède la mention « FS » dans la référence pour « Four Saisons« .

 

Répondre